Catégories
Histoire de la Philosophie

Éthique de Spinoza, appendice au livre I

Portrait de Spinoza

Cette synthèse traite de l’appendice au livre I de l’Éthique de Spinoza.

Nous examinons ce passage sous l’angle de la question : Comment sont construits nos concepts éthiques ?

Critique fondamentale de l’opinion commune des humains concernant la nature et Dieu

  • Spinoza observe que les humains pensent que tout agit dans un certain but. Ils analysent le monde de cette façon, parce qu’eux-mêmes agissent ainsi.
  • Cette focalisation sur les buts, plutôt que sur les causes, fait que les humains « se croient libres », parce qu’ils ont conscience de leurs volontés et désirs, mais pas des causes de ces volontés et désirs.
  • De plus, les humains constatent que de nombreux éléments du monde leur sont utiles, et qu’ils ne les ont pas créés eux-mêmes. Ils en concluent que quelqu’un les a créés pour eux (p. 348). Cela débouche aussi sur l’idée que Dieu a tout fait « en vue de l’homme », et qu’il « a fait l’homme pour en recevoir un culte » (p. 347).
  • Il a cependant fallu expliquer « les tempêtes, les tremblements de terre, les maladies » (p. 348). Les humains ont alors forgé l’hypothèse selon laquelle ces catastrophes sont dues à l’irritation des dieux, causées par les offenses des humains. Ils ont maintenu cette hypothèse malgré le constat que « les avantages et les inconvénients échoient indistinctement aux pieux et aux impies ». Dans cette approche, cet élément troublant est justifié par l’impuissance de l’esprit humain à comprendre la volonté divine.
  • Selon Spinoza, c’est la Mathématique qui permet aux humains de sortir de cette ignorance, en montrant une autre façon de connaître, en partant de ce que les choses sont, de leurs propriétés.

La conception selon laquelle tout agit dans un certain but est fausse, selon Spinoza

  • Spinoza considère que la conception commune « met la Nature à l’envers ». En effet, elle suppose que l’idée de ce qui est produit en dernier est à l’origine de toutes les actions qui mènent à sa production.
  • De plus, elle « détruit la perfection de Dieu », puisque « si Dieu agit en vue d’une fin, il désire nécessairement quelque chose dont il est privé ». Dieu aurait ainsi eu le désir de créer le monde et d’être honoré par les hommes ; il n’était donc pas parfait.

Cette façon de voir les choses en fonction de leur but est à l’origine des concepts éthiques

  • Cette conception erronée est, selon Spinoza, à l’origine de nos concepts éthiques. Ainsi, on nomme « Bien » « tout ce qui contribue à la santé et au culte de Dieu », et « Mal » le contraire (p. 351).
  • De même, on qualifie de « bien ordonnées » les choses « disposées de façon que la représentation par les sens nous permette de les imaginer facilement, et donc de nous les rappeler facilement », et de « mal ordonnées ou confuses » les autres.
  • L’erreur, selon Spinoza, est de voir ces caractéristiques comme intrinsèques à la nature, alors qu’elles sont liées à la manière dont les humains s’en forment des images.
  • Plus généralement, toute chose est jugée par les humains selon la manière dont elle les affecte (1). Cela explique les controverses : puisqu’ils ont des constitutions différentes, les humains sont affectés différemment, et ils jugent donc différemment. Cela conduit au scepticisme (2).
  • Au contraire, selon Spinoza, la Mathématique montre que, si l’on utilise l’entendement plutôt que la perception et l’imagination, on peut « convaincre tout le monde » (p. 353).
  • Spinoza proposera donc dans les livres suivants de l’Éthique sa vision d’une éthique construite rationnellement, qui encourage les humains à connaître et comprendre le monde et l’humanité.

Envie d’aller plus loin ?

Cette synthèse sur l’appendice au livre I de l’Éthique de Spinoza propose une première approche du texte.

Si vous souhaitez en discuter plus en profondeur, vous pouvez réserver une séance individuelle.

Vous pouvez aussi poursuivre votre exploration sur Spinoza, et l’éthique.

Lors du prochain atelier, prévu pour mardi 2 novembre à 20h, nous étudierons plusieurs extraits de la Lettre sur la tolérance de John Locke. Nous nous interrogerons avec lui sur ma manière dont le gouvernement civil doit traiter les questions religieuses. Vous pouvez dès à présent vous y inscrire, ou me contacter si vous souhaitez plus d’informations.

Et pour être informé/e des futurs événements et ateliers, vous pouvez vous inscrire à la newsletter ou suivre ML Philosophie sur Mastodon.

Édition de référence

  • Spinoza, Œuvres complètes, texte traduit, présenté et annoté par Roger Caillois, Madeleine Francès et Robert Misrahi, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 1954, p. 346-354.

Notes :

(1) On peut y voir un écho à la pensée d’Épicure, et notamment à la Lettre à Ménécée.

(2) Voir les Esquisses pyrrhoniennes de Sextus Empiricus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.