Catégories
Histoire de la Philosophie

Discours de la Méthode de Descartes, I-II – Compte-rendu d’atelier

Portrait de René Descartes par Frans Hals (1649)

Cet atelier, sur les première et deuxième parties du Discours de la Méthode de René Descartes, s’est tenu le 2 mars 2021, dans le cadre de la série sur la naissance de la philosophie moderne.

Édition de référence : René Descartes, Œuvres, texte établi par Victor Cousin, Paris, Levrault, 1824, tome I, Discours de la méthode [1637], première et deuxième parties, pages 120 à 146. Disponible sur Wikisource.

Ce compte-rendu reprend les principaux points abordés lors de l’atelier. Nous avons examiné ce passage sous l’angle de la question : Comment parvenir à une connaissance fiable ?

Importance d’avoir une méthode pour conduire sa pensée (première partie du Discours)

  • Selon Descartes, « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ; car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont. » (p. 122).
  • Pourtant, les opinions et jugements diffèrent grandement d’un individu à l’autre. Cela vient donc de la manière dont nous exerçons notre esprit. D’où la nécessité d’une méthode pour utiliser efficacement les possibilités offertes par nos capacités naturelles. Descartes propose alors de partager sa propre expérience, car il estime avoir eu beaucoup de chance dans son cheminement.

La formation initiale : lectures et premières expériences (première partie du Discours, suite)

  • Son parcours intellectuel commence par l’étude des lettres, dont il tire un bilan négatif en termes de connaissance, car il aboutit à trop « de doutes et d’erreurs » (p. 125).
  • Il lui reconnaît tout de même une certaine utilité, à commencer par la prise de conscience de l’ampleur de son ignorance. De plus, les livres éveillent et forment l’esprit, et, au sujet des sciences, « il est bon de les avoir toutes examinées, même les plus superstitieuses et les plus fausses, afin de connaître leur juste valeur et se garder d’en être trompé. » (p. 127)
  • Mais passer trop de temps dans les lectures concentre l’attention sur le passé au détriment du présent. De plus, les fables et histoires enjolivent la réalité ; elles ne rendent pas compte de toutes les difficultés, et sont donc généralement de mauvais guides pour l’action.
  • En conséquence, Descartes décide de rechercher la connaissance « dans le grand livre du monde » (p. 131), à travers voyages, rencontres et expériences personnelles. Il découvre une grande diversité d’opinions et de coutumes, et en conclut qu’il ne faut pas fonder sur elles de certitudes.

L’entreprise de reconstruction de la connaissance (deuxième partie du Discours)

  • Ce cheminement conduit Descartes à penser qu’il lui est nécessaire de reconstruire l’ensemble des connaissances par lui-même, à la manière d’un architecte qui entreprendrait la construction d’un bâtiment dans sa totalité plutôt que de s’appuyer sur une construction existante.
  • Il souligne cependant le caractère risqué de l’entreprise et met en garde ceux qui voudraient l’imiter. Il commence d’ailleurs, avant d’abandonner tous ses jugements, par fixer quatre préceptes à suivre pour être capable ensuite de mener la reconstruction de manière fiable :
    1. N’accepter pour vrai que ce qui apparaît clairement et distinctement à l’esprit ;
    2. Diviser chaque difficulté en parcelles aussi petites que nécessaire pour être résolues ;
    3. Commencer par les objets les plus simples, et progresser par ordre vers les composés ;
    4. S’assurer de ne rien oublier en faisant des inventaires réguliers.
  • Pour s’accoutumer à cette rigueur de raisonnement, il commence par l’étude des mathématiques, et plus précisément des rapports et proportions. Il prévoit ensuite de se consacrer à la philosophie, mais se juge alors trop jeune, à 23 ans, pour s’y attaquer. Il prendra donc le temps avant cela d’accumuler de l’expérience et de pratiquer encore l’exercice de sa raison sur les mathématiques.

En écho : des liens peuvent être tissés avec Thomas Hobbes, Léviathan.

Poursuivons la discussion !

Cet atelier sur les deux premières parties du Discours de la Méthode de René Descartes a été l’occasion de proposer une première approche du texte. Je serais ravi d’en discuter plus amplement avec vous, via les commentaires, ou lors d’une séance spécifique, particulière ou collective.

Lors du prochain atelier, prévu pour mardi 16 mars à 21h, nous poursuivrons l’étude de cette œuvre avec les troisième et quatrième parties du Discours de la méthode. Ce sera l’occasion de voir la méthode à l’œuvre sur des questions fondamentales de philosophie de la connaissance. Vous pouvez dès à présent vous y inscrire, ou me contacter si vous souhaitez plus d’informations.

Et pour être informé/e des futurs événements, vous pouvez vous inscrire à la newsletter ou me suivre sur Mastodon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.