Catégories
Histoire de la Philosophie

Nouveaux Essais sur l’entendement humain de Leibniz, préface

Portrait de Leibniz, par Christoph Bernhard Francke, vers 1695

Cette synthèse traite des premières pages de la préface des Nouveaux Essais sur l’entendement humain de Gottfried Wilhelm Leibniz.

Nous l’examinons sous l’angle de la question : Certaines de nos idées sont-elles innées ?

Problématique des idées innées

  • Pour John Locke, auquel Gottfried Wilhelm Leibniz répond dans ses Nouveaux Essais sur l’entendement humain, il n’y a pas d’idées innées : toute notre connaissance vient de l’expérience, à travers deux sources, les sens d’une part, et la réflexion de l’autre.
  • Leibniz considère au contraire qu’il existe bien des idées innées. En effet, si toute notre connaissance était issue de l’expérience, nous ne pourrions avoir aucune idée certaine, puisque toute affirmation courrait toujours le risque d’être contredite à l’avenir par une nouvelle expérience, contraire. Ainsi, les règles de la logique, comme le principe de non contradiction, seraient innées.
  • Pour autant, ces idées innées ne sont pas lisibles directement « dans l’âme » : on ne les découvre qu’à force d’attention, par la confrontation à l’expérience : « sans les sens on ne se serait jamais avisé d’y penser » (p. 11).

Nous n’avons pas conscience de tout ce qui est dans notre esprit, il est donc possible que nous ayons des idées innées

  • Pour soutenir, contre Locke, la possibilité de ces idées certaines, donc innées, dont nous ne prendrions conscience qu’au fil du temps, Leibniz montre qu’il y a bien dans notre esprit des éléments dont nous n’avons pas conscience. Nous pouvons en faire l’expérience lorsque nous ne parvenons pas à nous souvenir des paroles d’une chanson, et que quelques notes suffisent à nous les remémorer (p. 13).
  • Il y a même dans notre esprit des choses dont nous n’avons jamais été conscients. C’est notamment le cas de ce que l’on peut trouver à force d’observer ce qui se passe en nous-mêmes, par ce que Locke appelle « réflexion ». Sur ce point, les pensées des deux auteurs semblent donc compatibles sur le fond, bien qu’elles s’opposent sur la forme : Leibniz nomme « innées » ces connaissances, parce qu’elles sont basées sur ce qui était déjà en nous, alors que Locke considère qu’elles sont le fruit d’une expérience, de l’observation de notre fonctionnement intérieur, et sont donc acquises.
  • Enfin, ce que Leibniz appelle « petites perceptions » est un autre exemple d’idées présentes dans notre esprit avant que nous en ayons conscience. Elles correspondent à des signaux sensoriels que nous captons sans en être conscients. C’est le cas des bruits que l’on entend alors que l’on dort (sinon comment se pourrait-il que nous soyons réveillés par un bruit plus fort ?), ou de ceux que l’on vient d’entendre sans les remarquer, et sur lesquels quelqu’un attire notre attention. C’est aussi le cas des éléments habituels de paysages devant lesquels nous passons souvent, et que nous ne remarquons plus.
  • En conséquence, il est possible que nous ayons des idées innées, dont nous ne prendrions conscience que progressivement.

Supériorité des idées innées, en tant qu’idées de raison

  • Selon Leibniz, « les simples empiriques » sont comme « les bêtes », puisqu’ils « prétendent que ce qui est arrivé quelquefois arrivera encore dans un cas où ce qui les frappe est pareil, sans être pour cela capables de juger si les mêmes raisons subsistent » (p. 12).
  • La raison « conseille » bien de faire de telles hypothèses quand on ne peut pas mieux prévoir. Mais cette approche ne permet pas d’atteindre la certitude. Il est donc utile de travailler à connaître les raisons de l’enchaînement des causes, afin de parvenir à des « règles sûres » et ainsi pouvoir faire des prévisions dans des situations inédites. Et comme indiqué précédemment, pour être certaines, ces raisons doivent, selon Leibniz, relever de l’inné.

Envie d’aller plus loin ?

Cette synthèse sur la préface des Nouveaux Essais sur l’entendement humains de Gottfried Wilhelm Leibniz propose une première approche du texte.

Je serais ravi d’en discuter plus amplement avec vous, par exemple pour vous aider dans votre explication de texte, lors d’une séance individuelle.

Vous pouvez aussi poursuivre votre exploration sur Leibniz et la connaissance.

Et pour être informé/e des futurs événements et ateliers, vous pouvez vous inscrire à la newsletter ou suivre ML Philosophie sur Mastodon.

Édition de référence

  • Leibniz, Nouveaux Essais sur l’entendement humain, Paris, éd. Ernest Flammarion, 1921, p. 9 à 15 ; texte librement disponible sur Wikisource. Voir aussi l’édition GF, présentation par Jacques Brunschwig, Paris, Flammarion, 1990.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.